Blogue

Actualite-fr-20160413122826

2016, une hausse des ventes en vue pour une 2e année

 

2016 : UNE HAUSSE DES VENTES EN VUE POUR UNE 2E ANNÉE

Grâce à des taux d’intérêt toujours bas, à une relance économique modérée, à une croissance continue de l’emploi et au maintien de la confiance des consommateurs à son niveau actuel, le nombre de ventes de propriétés résidentielles réalisées par l’entremise du système Centris® atteindra 76 200 à l’échelle de la province en 2016, soit 3 % de plus qu’en 2015.

Hausse anticipée 
À la suite d’une hausse de 5 % des ventes résidentielles en 2015, la première en 5 ans, l’année 2016 se terminera avec une deuxième croissance consécutive de l’ordre de 3 % à l’échelle provinciale. Pour la région métropolitaine (RMR) de Montréal, on estime que le nombre de ventes s’accroîtra aussi de 3 % pour atteindre 39 000 transactions.
Les acheteurs et les prix de l’unifamiliale 
Comme c’était le cas en 2015, les acheteurs continueront d’être le moteur de l’activité immobilière au Québec. Au chapitre des prix, l’année 2016 ressemblera fortement à 2015. Une croissance de 1 % du prix médian des unifamiliales est attendue cette année pour l’ensemble de la province, soit le même rythme qu’enregistré en 2015. La moitié de maisons seront alors vendues à plus de 233 000 $.
Autour de Montréal 
Pour la RMR de Montréal, une croissance un peu plus soutenue du prix médian des unifamiliales, soit de 2 %, est prévue. Le prix médian des unifamiliales atteindra donc 295 000 $. Rappelons que pour l’ensemble de la RMR, les conditions du marché de l’unifamiliale étaient équilibrées en fin d’année. La diminution du nombre de mois d’inventaire, amorcée au printemps 2015, devrait se poursuivre au moins jusqu’en juillet 2016.
Les copropriétés
La croissance du prix médian des copropriétés se limitera quant à elle à 1 % (240 000 $) en raison du manque de pression exercée sur les prix, pendant que les conditions du marché, bien que stables en 2015, avantagent toujours les acheteurs. La forte construction de copropriétés neuves qui alimente l’offre depuis plusieurs années montre finalement des signes de ralentissement. Le nombre de mises en chantier de copropriétés a diminué de 25 % en 2015 dans la région de Montréal. Toutefois, ce n’est probablement qu’en 2017 que l’impact se fera sentir par une diminution du nombre de copropriétés achevées.